biographie


    Autodidacte, je découvre la photographie argentique à l’âge de quinze ans au lycée. J’y trouve un moyen d’expression très fort et décide de me lancer. N’ayant pas de laboratoire disponible, je numérise mes négatifs pendant plusieurs années, mêlant les deux pratiques : argentique et numérique. Après un passage au numérique, je renoue avec l’argentique en 2015et découvre en laboratoire tout le potentiel et l’émotion des sels d’argent.

    Tout s’enchaîne : acquisition de nouveaux appareils (moyen et grand format), découverte de techniques alternatives, premières participations à des expositions.

    Au fil de rencontres, j’en viens à partager ma passion avec les passants dans la rue mais aussi avec des jeunes dans une maison de quartier. C’est un coup de cœur, je décide de passer le pas pour en faire mon activité principale. Partager, transmettre mes connaissances mais surtout inviter et accompagner les gens à découvrir leur potentiel créatif sont moteur dans ma démarche. J’espère communiquer la saveur toute particulière de la photographie argentique et du laboratoire au plus grand nombre, pour une heure, une journée ou pourquoi pas toute une vie !


    Mon travail personnel porte sur une vision presque documentaire de l’architecture en général. Depuis quelques années, un thème devient récurrent grâce à mes voyages : montrer la vie actuelle dans l’ancien bloc de l’Est, dépouillée de tous les stéréotypes que nous lui prêtons.


Projets en cours : un deuxième séjour en Géorgie en septembre/octobre 2019. Celui-ci sera uniquement dédié à la photographie. Il s'agit d'une résidence d'artiste d'un mois dans les montagnes de Tusheti (région de Kakhetie), à la frontière avec la Russie (Tchétchénie). Cela devrait donner lieu à des expositions en Géorgie et en France. Pour suivre le projet plus en détail, rendez-vous sur ma page Facebook : "Clément Gosselin . Photographe-animateur".


 

      





(photo portrait par Fabien Campanatto)

 
Top